Un an passé à l’Imperial College de Londres

Dorian, étudiant en cursus ingénieur à l’ISAE-SUPAERO est parti durant près d’un an à Londres pour effectuer un master en Advanced Mechanical Engineering. Le soutien apporté par la Fondation lui a permis d’appréhender plus sereinement son séjour.

Catégorie : Bénéficiaires et lauréats

Publié le : 21/01/2019

Partager

Pourquoi avoir choisi l’Imperial College de Londres pour ton année de césure ?

Mon choix s’est orienté vers l’Imperial College pour sa renommée. Je voulais également travailler mon anglais qui était mon gros point faible.

Quel cursus as-tu choisi ?

J’ai choisi d’intégrer le Master of science in Advanced Mechanical Engineering qui est assez généraliste et qui nous laisse un large choix de cours. J’ai donc opté pour des cours qui complèteraient ceux que j’avais eus à l’ISAE-SUPAERO comme Advanced Vibration and Advanced Control. Par ailleurs, j’ai aussi choisi de nouveaux cours qui ne sont pas proposés à l’ISAE-SUPAERO comme des cours sur la combustion.

Que retiendras-tu de cette année passée à Londres ?

Durant toute cette année, j’ai fait de nombreuses rencontres de personnes venues d’un peu partout dans le monde avec qui j’ai noué des liens forts. Les travaux de groupe ainsi que les répétitions de soutenance de projets ont été très enrichissants que ce soit sur le plan académique ou personnel. J’ai beaucoup progressé sur la langue anglaise et dans les domaines choisis.

En début d’année, un projet portant sur l’ensemble de l’année nous a été proposé. Ainsi, j’ai pu profiter de cette expérience pour parfaire mes compétences en mathématiques et  en informatique.

Qu’envisages-tu dans l’avenir ?

Pour la suite, j’envisage de travailler dans le domaine spatial. Les compétences que j’ai pu acquérir pendant cette année seront sans aucun doute indispensables à mon futur emploi. Le niveau d’anglais acquis me permet d’être plus à l’aise et d’avoir davantage confiance en moi sur le plan professionnel.

« Je remercie grandement la Fondation de m’avoir attribué cette bourse, sans laquelle je n’aurais pas pu vivre cette merveilleuse année ! »