Etudes et entrepreneuriat à l’UC Berckley

Pierre-Habté Nouvellon  étudiant à l’ISAE-SUPAERO est parti effectuer un Master of Engineering in Industrial Engineering and Operations Research au sein de l’université de Berkeley et en profiter pour découvrir le monde de l’entrepreneuriat.

Catégorie : Bénéficiaires et lauréats

Publié le : 25/10/2018

Partager

Quel ont été tes motivations pour étudier à l’UC Beckley ?

J’ai toujours rêvé d’étudier dans une université américaine et le fait que le département IEOR (Industrial Engineering and Operations) de Berkeley soit l’un des plus réputés au monde m’a conforté dans mon choix. J’ai toujours été intéressé par l’entrepreneuriat et le monde de la tech. La Silicon Valley était donc une évidence pour moi et c’est d’ailleurs ce qui m’a fait choisir Berkeley plutôt que Columbia.

Comment as-tu vécu ton aventure américaine ?

Sur le plan académique mon séjour a été très intense. Je me suis beaucoup intéressé au cours de « computer science » et de « machine learning ».
En plus de cours très prenants, j’ai rejoint une startup en tant que cofondateur et responsable de la partie AI. Nous avons été acceptés dans un accélérateur de startup à San Francisco au mois de mars 2018. L’écosystème entrepreneurial de la Silicon Valley est incomparable avec ce qu’on pourrait avoir en France actuellement. J’ai pu rencontrer des entrepreneurs à la tête d’entreprises aussi puissantes que celles du CAC40, discuter et échanger avec eux.
Sur le plan personnel, le séjour a été très riche au niveau social et culturel : visite des parcs nationaux autour de San Francisco, Los Angeles etc.

En quoi un  soutien financier de la Fondation t’a aidé dans tes prises de décision ?

L’attribution de la bourse n’a pas été déterminante pour le choix de la destination mais m’a permis de pouvoir m’engager dans l’aventure « dangereuse » de la startup. Sans cette  bourse j’aurais sûrement dû choisir un parcours plus « classique ».

« Je suis très reconnaissant envers la fondation pour la bourse qui m’a été attribué. Passionné d’entrepreneuriat, cela m’a permis de ne pas hésiter à faire ce que j’ai toujours voulu faire : monter ma propre startup. »