Deux étudiants de l’ISAE-SUPAERO au symposium international sur la dynamique de vol spatial

Irène Cavallari et Robin Petitdemange, étudiants à l’ISAE-SUPAERO, ont participé à la 27e édition du symposium international sur la dynamique de vol spatial (ISSFD) à Melbourne du 24 au 26 février 2019. Bénéficiaires d’une bourse de la Fondation, découvrez comment ils ont vécu cette expérience.

Catégorie : Bénéficiaires et lauréats

Publié le : 08/04/2019

Partager

Quel était l’objectif de votre participation à cette conférence ?

L’objectif était de présenter les résultats de notre Projet Innovation et Recherche (PIR) devant un ensemble d’experts en dynamique spatiale et plus généralement de professionnels du secteur spatial.

Comment avez-vous préparé votre sujet et de quoi traite-t-il ?

Le projet a été réalisé en deuxième année de notre cursus ingénieur, d’avril à juin 2018, sous la supervision de Stéphanie Lizy-Destrez, enseignante-chercheuse au sein du Département Conception et Conduite des véhicules Aéronautiques et Spatiaux (DCAS) de l’ISAE-SUPAERO.

Le sujet de notre projet est l’étude d’un transfert à faible énergie entre le système Terre-Lune et le voisinage de Mars. Cette étude repose entièrement sur la théorie du problème à trois corps restreint (Circular Restricted Three-Body Problem, CR3BP). Ce modèle simplifié permet d’étudier de façon assez précise la dynamique d’un vaisseau spatial à proximité de deux objets. L’emprunt de trajectoires inhérentes à ce modèle permet de minimiser la propulsion nécessaire pour se déplacer dans un système de plusieurs corps, par exemple entre la Lune et Mars. Ce principe pourrait servir de base pour le développement de trajectoires pour d’éventuelles missions cargo. L’originalité de cette recherche réside notamment dans le fait qu’elle étend le principe de travaux précédents à trois systèmes (Terre-Lune, Soleil-Terre et Soleil-Mars). De plus, elle implique l’utilisation de deux familles d’orbites remarquables du système Terre-Lune et qui se superposent dans l’espace : les orbites de Lyapunov et les orbites distantes rétrogrades (DROs). 

Comment s’est déroulée la présentation de vos travaux ?

Une vingtaine de personnes ont assisté à notre présentation et plusieurs d’entre elles se sont intéressées à notre projet ou nous ont posé des questions. De plus, participer à la conférence nous a permis d’expérimenter une véritable présentation scientifique et d’identifier les points forts et les points faibles de notre présentation. Nous avons également pu échanger avec une quinzaine de chercheurs (CNES, ESA, Observatoire de Paris, JPL, JAXA, etc.) à propos de notre présentation.

Que retenez-vous de votre participation à cette conférence ?

Cette conférence a été une expérience très enrichissante au niveau académique, personnel et professionnel. Notre étude et la présentation ont été d’excellents exercices : nous devions maîtriser notre sujet encore davantage, plusieurs mois après la fin de notre PIR. Par ailleurs, assister à d’autres présentations a été très intéressant et nous a permis d’en apprendre plus sur le domaine du spatial.

Sur le plan professionnel, nous avons également pu rencontrer et échanger avec divers professionnels du secteur spatial.