Berkeley et un projet de panneaux solaires flottants pour Arthur

Parti pendant 10 mois effectuer un double diplôme en System Engineering à l’Université de Berkeley, Arthur Labarre nous raconte à son retour en France comment cette expérience lui a permis de mettre un pied dans la vie professionnelle. La Fondation l’avait soutenu en mai 2019 dans le cadre de son départ pour formation diplômante à l’étranger. 

Catégorie : Bénéficiaires et lauréats

Publié le : 08/07/2020

Partager

 

 Cette mobilité à l’étranger aux Etats-Unis a été formidable et riche en enseignements et opportunités.

 

Lors de mon arrivée à Berkeley, j’étais animé par une volonté de me confronter à un système d’enseignement totalement nouveau et mondialement connu, mais également de me spécialiser en ingénierie système dans le département d’ingénierie civile et environnementale de l’UC Berkeley. 

De manière plus générale, je voulais découvrir une nouvelle culture et évoluer dans une communauté très diverse. Le séjour s’est formidablement bien passé et les cours n’ont cessé de m’étonner par leur format et leur niveau. J’ai été complètement dépaysé par les méthodes d’enseignement, souvent basées sur l’exemple plutôt que la théorie, ainsi que par les professeurs très proches de leurs élèves. J’ai pu progresser en suivant des cours variés et ai adoré la liberté accordée dans le choix des enseignements. 

 

 

Sur le plan personnel, j’ai pu m’épanouir au contact de ce que la Californie a de plus beau à offrir : grands espaces, plages de rêve, parcs naturels, sentiers de randonnée magnifiques ou encore des villes à couper le souffle. La grande liberté accordée par l’université dans l’organisation de son emploi du temps m’a permis d’explorer et de visiter pendant mes temps libres. J’ai notamment été marqué par les paysages à couper le souffle du parc de Yosemite qu’on peut facilement visiter depuis Berkeley en louant une voiture. 

 

 

 

Académiquement, mon séjour a été marqué par les nombreux projets ayant rythmé mon cursus.

En particulier, le capstone, dont j’étais le chef de projet, m’a permis de mener une équipe multiculturelle de cinq ingénieurs dans le but de développer la prochaine génération de panneaux solaires flottants, de leur design jusqu’au prototype, et ce pendant un an. 

 


En effet, ce projet issu d’un appel à idées de la faculté de Berkeley s’est basé autour d’une innovation dont nous avons eu l’idée et qui consiste à remplacer les flotteurs, souvent en PVC, par des flotteurs gonflables. Ce choix a permis de réduire drastiquement les coûts de transport et d’installation et permet de rendre la technologie du solaire flottant plus compétitive.

Berkeley nous laissant carte blanche sur la forme du projet, celui-ci a été marqué par de nombreuses initiatives et nous avons par exemple pu visiter une ferme solaire flottante de pointe en Californie appartenant au groupe Ciel & Terre. 


Ce double-diplôme m’a permis de mettre un pied dans la vie professionnelle par tous les enseignements « soft-skills » inclus dans le cursus : cours de communication, leadership, gestion de projet ou encore analyse industrielle.
Sur le plan technique, les cours dispensés m’ont permis de compléter les enseignements de l’ISAE-SUPAERO et de développer une expertise en Systems Engineering.  Cette double-casquette me permet de me tourner vers le monde du conseil en management et stratégie pour des grands groupe techniques de l’aéronautique, de l’énergie, et autre.

 

 


Merci à la Fondation de m’avoir permis d’envisager plus sereinement cette mobilité qui m’a permis de vivre une année déterminante et riche de découvertes et d’enseignements.