4 mois au Goddard Space Flight Center de la NASA

Lors du CSP de janvier 2019, la Fondation accordait une bourse à Jeremy Auclair, aujourd’hui en 3A à l’ISAE-SUPAERO. Il est parti 4 mois effectuer son deuxième stage de césure au Goddard Space Flight Center de la NASA, une réelle opportunité pour ce passionné de spatial !

Catégorie : Bénéficiaires et lauréats

Publié le : 13/02/2020

Partager

Sur quels projets as-tu travaillé durant ton stage de césure ?

Du 4 avril 2019 au 16 août 2019 j'ai travaillé au Observational Cosmology Laboratory sous la tutelle de Dr. Giuseppe Cataldo sur le développement d'une méthode de quantification d'incertitude pour des systèmes complexes. J'ai utilisé les données du James Webb Space Telescope (JWST) pour mettre au point cette méthode. L'objectif pour le Dr. Cataldo est de généraliser cette méthode pour l'utiliser sur les autres missions en cours de développement de la NASA, comme le Wide-Field Infrared Survey Telescope (WFIRST). Je suis arrivé très motivé à la NASA, avec une forte envie d’apprendre et d’avancer sur la tâche qui m'était confiée.

Quel a été ton ressenti lors de ce stage ?

J’ai beaucoup travaillé en autonomie pendant ce stage, même si j’ai souvent été guidé par mon mentor. J’ai pu découvrir et apprendre de nombreuses connaissances techniques (MATLAB, des mathématiques sur les modèles numériques complexes, des méthodes de travail pour la recherche, etc.). Il y a eu des moments éprouvants vis-à-vis du travail : comme souvent dans la recherche il y a des moments creux où l’on ne sait plus comment avancer, où toutes nos tentatives semblent difficiles et inutiles. Mais par persévérance on finit par trouver une issue ! J’ai réussi à finir le travail qu’il m’était demandé pour la fin du stage, ce qui m’a rendu très heureux. 

Qu’avais-tu à produire ?

J’ai produit une “toolbox” sous MATLAB qui permet de faire de la quantification d’incertitude sur des modèles structurels complexes (modèles NASTRAN). Mon mentor était aussi très satisfait de mon travail. Au niveau professionnel ce stage était une réussite ! 

A la découverte des Etats-Unis

Sur le plan culturel j’ai aussi découvert de nombreuses choses. Malgré ma nationalité américaine, je n’ai jamais vécu aux Etats-Unis. Je ne connaissais ce pays qu'à travers de ce que ma mère avait pu me raconter. Mais les Etats-Unis ont bien changé dans les dernières décennies. J’ai découvert un pays radicalement différent dans les habitudes et les modes de pensée, un pays dans lequel je ne me vois pas vivre. L’individualisme, le consumérisme et la culture enseignée aux Américains produisent un milieu assez particulier qui ne me plait pas du tout. Mais c’est un changement de perspective qui fait tout de même du bien, et qui me fait encore plus apprécier la chance que j’ai de vivre en France. J’ai tout de même pu visiter des lieux emblématiques (comme la ville de New York) et magnifiques (parc nationaux dans la baie de Chesapeak) pour la première fois. Sur le plan personnel ce séjour a été extraordinaire : j’ai baigné dans le milieu du spatial qui me passionne pendant presque 5 mois. J’ai pu rencontrer des personnes formidables et visiter des musées uniques (comme le smithsonian air and space museum, où se trouve la navette spatiale Discovery). Je garde de ce séjour des souvenirs inoubliables.

Pour la suite !

Sur le plan professionnel j’ai pu tisser des liens avec certaines personnes à la NASA. J’ai aussi eu la chance de gagner une bourse (John Mather Nobel Scholarship) pour présenter des papiers scientifiques dans les 3 prochaines années. L’ajout de ce stage à mon CV est sans aucun doute un avantage énorme pour mon avenir professionnel que je souhaite mener dans le domaine du spatial. J’aimerais bien par la suite essayer de travailler à l’ESA, et cette expérience sera sans doute d’une bonne aide. C’est aussi un plus pour les activités de recherche du SaCLaB, en initiant un partenariat avec l’Observational Cosmology Laboratory sur le thème de la quantification d’incertitude sur les modèles complexes. J’aimerais bien mettre à profit l'expérience que j’ai acquise à la NASA pour le SaCLaB, et peut-être continuer de travailler sur ce thème pendant ma dernière année d’études à L’ISAE-SUPAERO.