Premier Prix pour Baptiste Chide

Pour l'édition 2017 du Congrès International d'Aéronautique (IAC) à Adélaïde (Australie), Baptiste Chide, étudiant ingénieur ISAE-SUPAERO, futur doctorant et bénéficiaire de la Fondation ISAE-SUPAERO, y a présenté ses travaux sur l'analyse des vents martiens. A la clé : le premier prix étudiant à cette conférence de prestige.

Catégorie : Bénéficiaires et lauréats

Publié le : 25/10/2017

Partager

Une participation et un prix : quel est la genèse de ta participation ?

J’ai été sélectionné par la 3AF (Association aéronautique et astronautique de France) pour participer à l’IAC 2017. J’ai y présenté le sujet de mon stage de fin d’étude, réalisé au LATMOS à Guyancourt, sous la supervision de Franck Montmessin, directeur de recherche au CNRS.

Peux-tu nous expliquer tes travaux ?

L’expérience MARBLL (MARs Boundary Layer Lidar) est un instrument visant à mesurer les profils des vents de Mars depuis sa surface. Cette mesure est d’une importance capitale tant sur le plan scientifique que technique. En effet, leur grande variabilité dans la basse atmosphère martienne constitue un grand risque pour l’atterrissage des missions robotiques et humaines sur Mars et le peu de mesures réalisées jusqu’à présent ne permettent pas de contraindre suffisamment les modèles de météo martienne. Ainsi, MARBLL propose de mesurer pour la première fois la vitesse et l’orientation des vents martiens jusqu’à 5 km d’altitude. Pendant, 5 mois j’ai travaillé avec l’équipe MARBLL sur l’optimisation de l’instrument et testé le prototype du LATMOS.

Dans quelles conditions ton exposé s’est-il déroulé ?

J’ai présenté mon travail à ce congrès où se réunissaient près de 4000 participants dont des figures importantes du monde du spatial : les directeurs des agences spatiales, Elon Musk PDG de SpaceX, de nombreux astronautes… J’ai défendu avec enthousiasme MARBLL à la compétition étudiante où j’ai d’ailleurs remporté le premier prix remis lors de la cérémonie de clôture.

Que retiens-tu de ce congrès ?

Ma première conférence en tant qu’intervenant a été une opportunité exceptionnelle et un tremplin inespéré pour la thèse en planétologie que je démarre prochainement.
Participer à ce congrès a été une chance, notamment assister à des conférences sur l’astrobiologie par exemple ou encore le discours de Charles Bolden, ancien administrateur de la NASA. J’ai rencontré de nombreux professionnels du spatial mais également tissé des liens avec des étudiants du monde entier, représentant la nouvelle génération.
L’Australie était une première pour moi : j’ai découvert Adélaïde et je suis parti en randonnée dans ses magnifiques parcs nationaux, entouré de koalas et kangourous sauvages.

Je tiens à remercier très chaleureusement la Fondation ISAE-SUPAERO de m’avoir permis de me rendre à l’IAC en contribuant à une partie du financement de mon voyage avec le CNRS, le CNES et la 3AF.

« Encore une fois, merci beaucoup. J’ai profité de tout à 200% lors de ce séjour, tant de la conférence que de l’Australie. Je n’aurais pas pu y aller sans l’aide de la Fondation. »